Sefyu – Suis-je le Gardien de mon Frère ?

Ra-ra-ra-ra-ra-rap
2008
Me voilà bien embêté. J’avais attribué un 2 sur 20 au disque de Tony Parker…comment vais-je faire avec « Suis-je le gardien de mon frère » ? Car oui, j’ai trouvé pire. A la première écoute, j’avais l’impression qu’une évacuation anale provenant d’un bison constipé me traversait les oreilles. Sefyu repousse ici les limites du ridicule et de la médiocrité musicale. Les rappeurs des skyblogs cherchant des rimes dans un dictionnaire le surpassent.

Le livre « Le rap pour les nuls » ouvert, on tombe sur le sommaire avec Sans Plomb 93 qui contient tout ce qu’on peut attendre de ce bouquin : « Molotov Ruskov Sefyu Sénégalo at Undercover », « personne n’avait les papiers, si ce n’est du pécule, crouille, j’ai fêté mes 26 ans de discrimination, la police me réclame encore mes origines, ma nation », « l’immigration n’est pas la pute de la délinquance », « on a des gueules trop cramés d’après les médias », les clichés pleuvent, et des titres comme My Life, Vis ma vie ou encore Journal transpire le rap conscient. A travers ces thèmes ultra recyclés (« Mon enfance a vécu dans la tendance Scarface ! »), on distingue quant même quelques sujets assez rares dans le rap pour être remarqués : Le racisme qui « existe aussi dans les cités entre marocains, algériens, maliens, sénégalais », la pédophilie, le public de Sefyu vu par les médias…

Cependant la majorité des titres sont pourris aussi bien dans le fond que dans la forme. Certains parlent de marque de fabrique Sefyu, d’autres justifient leur affection pour le disque car « le rap c’est avant tout de la musique ». Une poignée de personnes vont plus loin en expliquant que le footballeur reconverti en rappeur expérimente sur cet album un rap basé sur les répétitions et met en avant l’ambiance, le charisme, « l’interprétation ». Honnêtement, ça ressemble plus à un puissant battage de couilles.

On démarre avec Molotov 4 dont voici un extrait des paroles :

« Le son t’achève (hey)
danse comme un cheval
ici pas de philosophe (hey)
ze reff a trop de zeuff (hey)
vas-y j’souffle (hey)
ze reff n’est pas love (hey)
bouge la tête des you-voi (hey)
les bourgeois deviennent ouf (hey)
g8 de bouffe (hey)

ton style est trop bof (hey)
moi hamdouleh ca va (hey) »

Ce single égotrip ne consiste donc qu’à enchaîner des mots sans aucune logique, on repère même quelques néologismes (« ze reff » et « zeuff », de par mes recherches ces expressions signifieraient respectivement « vénère » en arabe et « phase » en verlan), le tout rythmé par des « hey » insupportables. La grosse voix gangster absolument pas naturelle (je vous invite à comparer l’original au live) sonne comme celle de Booba, tape dans les graves, étouffant ainsi la plupart des mots et rendant le texte incompréhensible. Le meilleur moment reste tout de même le refrain :
« Se se se se se se, se se se se se se, se se se se se se, se se se se se sehèfiu,
He he he he he he, he he he he he he, he he he he he he, he he he he he he, I say »

On peut continuer dans le chapitre des redondances avec Le Journal (« si t’as sauté des pâââââges, t’es pas à la pâââââge »), C Pas parce que qui contient « C’pas parce que » à chaque début de ligne, Suis-je le gardien de mon frère où chaque phrase se termine par « comme mon grand-frère » puis « mon p’tit frère », Mon Public avec son refrain qui nous matraque « la famille », ou encore Au pays du Zahef où un bruit de rechargement de flingue remplace le point final des phrases.

Alors, un « click clack » de gun ça peut être sympa, même s’il s’agit toujours du même utilisé par les autres rappeurs. Mais 82 click clack, au secours. Le bruit – déjà au départ peu original – devient écœurant, insupportable, puéril, à chier. Même constat pour les 98 « frères » prononcés dans la chanson qui porte le nom de l’album, censée donc le représenter. On peinera à arriver au bout du titre, passant ainsi à côté du message de Sefyu (la mauvaise influence des aînés) tant le martèlement des « frères » se révèle rapidement agaçant et épuisant.

La perle de cet opus en terme de foutage de gueule musicale reste tout de même Le Journal, accrochez-vous bien car on dépasse les limites de la diarrhée sonore. On y va :

« Mon album a la boule à zé-zé-zéro
il est trop za-Zahef moi c’est za-za-Zahef-Yu molo
(Page 2)je viens bi-bi-bi-bicrave, pé-pé-péter le gros lot, je veux entendre ho la la woullah c’est du lourd
(Page 3) je me la ra-raconte pas, j’ra-ra-raconte ce que je vois, que certains hommes d’état veulent po-po-politiser la foi
(Page 4)l’Irak n’est toujours pas dé-démilitarisé, la France veut l’Iran car la faillite va nous paralyser
(Page 5) ce chau-chau-chauffeur de ta-ta-taxi, con-con-conducteur poids lourd, Fedex, ont perdu leurs tafs a cause des flashes
(Page 6) l’immi-migration dans dans les années 60 à servi l’économie de la France, maintenant on nous offense
(Page 7) le racisme existe aussi dans les cités entre ma-marocains, algériens, ma-maliens, sénégalais
Je te pé-pé-pé-pé-présente mon journal, je suis rédacteur en chef, han!! même le Figaro je le mets à l’ouest »

Ca m’a demandé de longues minutes pour réécrire les paroles. Que retirer de ce journal écrit par une personne assez observatrice mais qui semble souffrir d’un léger bégaiement ? Bah c’est conscient et assez cliché, et certaines phrases sont un peu étranges comme « au Cameroun le gros Carlos profite du tourisme sexuel pour pointer des gosses » ou bien ceux qui perdent leur boulot en roulant trop vite. Sefyu ne passe pas pour un rédacteur en chef mais pour une sorte de tricheur – il lui suffit en effet de répéter plusieurs syllabes afin de rester dans le rythme, ainsi peu importe les mots employés Sefyu n’est jamais off-beat.

3, Fait-divers 2 sont des titres qui s’en sortent plutôt bien, avec de bonnes ambiances. Alors pourquoi pas le reste de l’album ? Sur 17 titres, Sefyu en a travaillé une petite poignée. Les textes ne volent vraiment pas haut lorsqu’ils ne vautrent pas dans la stupidité. « Suis-je le Gardien de mon Frère ? » reflète malheureusement le visage actuel du rap : Faire passer le style, le charisme et une voix trafiquée avant les textes et les instrus. Faire passer une image avant la les paroles et la musique en gros. Je devrai peut-être rebaptiser mon webzine Hell Ruskov Zahef.

__Cocktail Molotov

01.Sans plomb 93
02.Suis-je le gardien de mon frère ?
03.Molotov 4
04.Le journal
05.3ème guerre
06.Plus
07.My life avec Jessica Celious
08.Seine Saint Denis style nouvelle série avec Joey Starr
09.Au pays du Zehef
10.C pas parce que
11.Attitude avec Suzax, Kuamen et Baba
12.Sac de bonbons
13.Faits divers 2 avec RR et Baba
14.Mon public
15.Haute science avec ST4
16.Vis ma vie avec Sana
17.Zéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *